10 études importantes en éducation, réalisée en 2022

Le site Américain Edutopia examine des centaines d’études sur l’éducation chaque année et publie un résumé des plus percutantes afin de déterminer les stratégies d’éducation les plus efficaces et les plus pertinentes.

Voici une traduction rapproché de 10 études importantes réalisées en 2022 :

  1. IL N’Y A PAS DE CONFLIT ENTRE BIENVEILLANCE ET RIGUEUR

On suppose parfois que les enseignants qui dégagent de l’empathie, de la gentillesse et de l’ouverture sont trop « doux » et peuvent être exploités par les élèves. Mais de nouvelles recherches montrent que lorsqu’en fait, vous signalez que vous vous souciez des enfants, ils sont prêts à faire un effort supplémentaire, vous donnant la flexibilité d’assigner des travaux scolaires plus difficiles.

C’est le principal point à retenir d’une étude de 2022 qui a examiné les pratiques d’enseignement dans 285 districts des états-unis, comparant les stratégies d’établissement de relations avec la flexibilité dont disposaient les enseignants pour attribuer des tâches difficiles et complexes aux élèves.

Les chercheurs ont constaté que les enseignants les plus efficaces construisent leurs enseignement et salles de classe en apprenant à connaître leurs élèves, en étant accessibles et en montrant qu’ils aiment leur travail, puis traduisent habilement le capital émotionnel en capital académique. “Lorsque les élèves sentent que les enseignants se soucient d’eux, ils travaillent plus dur, s’engagent dans des activités académiques plus stimulantes, se comportent de manière plus appropriée pour l’environnement scolaire, sont vraiment heureux de voir leur enseignant et répondent ou dépassent les attentes de leur enseignant”, concluent les chercheurs.

Pour voir l’étude originale : Positive teacher-student relationships may lead to better teaching – ScienceDirect

2. SURLIGNER N’EST PAS TRÈS EFFICACE SI ON APPREND PAS A LE FAIRE CORRECTEMENT

 Selon une nouvelle analyse de 36 études, les étudiants mettent souvent en évidence (surlignent) les mauvaises informations et peuvent s’appuyer sur leurs compétences de mise en évidence déficientes comme stratégie d’étude principale, ce qui entraîne de mauvais résultats d’apprentissage. Cependant, deux heures de tutorat peuvent suffirent et considérablement améliorer leurs capacités.

Les chercheurs ont déterminé que la «mise en évidence (surligner) générée par l’apprenant» avait tendance à améliorer la rétention du cours, mais pas sa compréhension.

Cependant, lorsque les élèves ont appris avec leurs enseignants, des techniques de mise en évidence appropriées, par exemple, comment distinguer les idées principales des idées secondaires, ils améliorent considérablement leurs performances scolaires.

Fondamentalement, “lorsque le fait de surligner est utilisé avec une autre stratégie d’apprentissage” comme “les organisateurs graphiques ou les post-questions”, son efficacité monte en flèche, ont déclaré les chercheurs.

Le besoin d’un enseignement explicite peut être lié à l’évolution des habitudes de lecture, à mesure que les élèves passent, des histoires et des fables aux textes explicatifs, ce qui les oblige à naviguer dans des formats de texte inconnus, notent les chercheurs.

Montrez aux apprenants « des exemples de surlignages appropriés et inappropriés », apprenez-leur à « surligner le contenu avec relativement de parcimonie » et fournissez des exemples de tactiques de suivi, comme résumer leurs idées pour approfondir leur compréhension.

Pour voir l’étude originale : https://doi.org/10.1007/s10648-021-09654-1

3. UNE ÉTUDE HISTORIQUE FAIT UN RETENTISSEMENT POUR L’INCLUSION

Lorsque la loi sur l’éducation des personnes handicapées a appelé à une plus grande inclusion? exigeant que les étudiants handicapés reçoivent un soutien dans «l’environnement le moins restrictif»? l’un des objectifs était de s’assurer que les aménagements éducatifs n’interféraient pas avec le développement social et émotionnel des étudiants dans des salles de classe pleines de leurs pairs.

La loi s’est également attaquée à des préjugés séculaires et a établi une obligation juridique contraignante en faveur de l’inclusion.

Mais jusqu’à présent, les preuves rigoureuses des avantages académiques ont été minces.

Une nouvelle étude à grande échelle semble mettre la question au-delà de la contestation. Lorsque les chercheurs ont suivi près de 24 000 adolescents qualifiés pour l’éducation spécialisée, ils ont découvert que passer la majorité de la journée, au moins 80% , dans des cours d’enseignement général améliorait les scores en lecture de 24 points et les scores en mathématiques de 18 points, par rapport aux scores de leurs pairs plus isolés ayant des handicaps similaires.

“Traitez la salle de classe d’enseignement général comme la salle de classe par défaut”, déclarent fermement les chercheurs, et ne poussez pour des logements séparés que lorsque toutes les autres options ont été épuisées.

Etude originale : https://doi.org/10.1177/00224669221097945

3. LES MINDMAPPS ET SKETCHNOTES FONCTIONNENT ENCORE MIEUX QUE VOUS NE LE PENSEZ

Selon une nouvelle étude, les mindmapps simples, les skectchnotes et d’autres notes annotées semblables à un griffonnage avec un objectif peuvent faciliter une compréhension plus approfondie des cours que des dessins plus raffinés.

Les dessins représentatifs, comme un simple schéma d’une cellule, peuvent aider les élèves à se souvenir d’informations factuelles, expliquent les chercheurs, mais ils “manquent de fonctionnalités pour faire des généralisations ou des inférences basées sur ces informations”.

Les dessins organisationnels qui relient les concepts avec des flèches, des annotations et d’autres marques relationnelles donnent aux élèves une idée plus claire de la situation dans son ensemble, leur permettent de visualiser comment les idées sont liées et fournissent une méthode pour repérer les lacunes évidentes dans leur compréhension.

Lors de tests de réflexion d’ordre supérieur, les élèves de cinquième année qui ont fait des dessins organisationnels ont surpassé de 300 % leurs pairs qui ont essayé des dessins figuratifs. Pour tirer parti des avantages en classe, demandez aux élèves de commencer par des diagrammes simples pour les aider à se souvenir du cours, puis de les déplacer vers des notes de croquis et des cartes conceptuelles au fur et à mesure qu’ils dégagent des liens avec des connaissances antérieures.

Lire l’étude originale : Consolidation of human skill linked to waking hippocampo-neocortical replay: Cell Reports

3. LES PAUSES CÉRÉBRALES SONT MAL COMPRISES (ET SOUS-UTILISÉES)

La sagesse conventionnelle veut que le développement d’une compétence provienne d’une pratique active et répétée : “c’est le fait de dribbler un ballon de basket qui enseigne finalement la star du basket”.

Mais des études récentes révèlent que les intervalles entre les séances d’entraînement sont au moins aussi cruciaux.

En 2021, les chercheurs ont utilisé des scanners cérébraux pour observer les réseaux de neurones pendant que les jeunes adultes apprenaient à taper. Pendant les pauses, les cerveaux des participants semblaient revenir aux claviers, rejouant inconsciemment les séquences de frappe encore et encore à des vitesses élevées alors qu’ils retournaient le matériel entre les centres de traitement et de mémoire des dizaines de fois en l’espace de 10 secondes. Les chercheurs ont conclu que les pauses cérébrales jouaient “un rôle tout aussi important que la pratique dans l’apprentissage d’une nouvelle compétence”.

En 2022, nous apprenons que les types de pauses font aussi une différence.

Une étude a comparé les pauses en classe, comme dessiner ou construire des puzzles, avec des pauses en plein air, comme courir ou jouer dans des bacs à sable.

En clin d’œil au pouvoir du mouvement et du temps libre, ce sont les enfants qui jouaient à l’extérieur qui retournaient en classe prêts à apprendre, probablement parce que les jeux d’intérieur, comme les voix à l’intérieur, obligent les enfants à s’autoréguler davantage, ont spéculé les chercheurs.

Pendant ce temps, une analyse examinant les «pauses vertes», brèves promenades dans un parc ou visites dans un jardin scolaire, a conclu que les élèves qui participaient aux activités obtenaient de meilleurs résultats aux tests d’attention et de mémoire de travail.

Il s’avère que priver les enfants de pauses régulières est une menace pour l’ensemble de la proposition d’apprentissage.

Pour mémoriser des leçons, le cerveau a besoin de son propre temps, qu’il met de côté pour nettoyer et consolider le nouveau matériel.

Lire l’article original : Preschoolers’ executive functions following indoor and outdoor free play – ScienceDirect

4. AMENAGEMENT DE LA CLASSE, PRUDENCE ET BON SENS

Quand vient le temps de décorer leurs salles de classe, les enseignants se retrouvent souvent face à un dilemme : doivent-ils viser un design d’intérieur digne de Pinterest ou opter pour des murs vierges sur la base de recherches qui mettent l’accent sur les risques de distraire les élèves ?

Une étude publiée en février de cette année plaide pour le minimalisme.

Les chercheurs ont suivi le comportement à la tâche des élèves de la maternelle à la 2e année et ont conclu que les salles de classe visuellement « rationalisées » produisaient des élèves plus concentrés que les élèves « décorés ».

Lors de courtes lectures à haute voix sur des sujets tels que les arcs-en-ciel et la tectonique des plaques, par exemple, les jeunes enfants dans des salles de classe dépourvues de «tableaux, affiches et objets de manipulation» prêtaient attention à des taux nettement plus élevés.

Mais ce n’est peut-être pas une simple question de plus ou de moins. Une étude de 2014 a confirmé que les affiches de femmes scientifiques ou de divers personnages historiques, par exemple, peuvent améliorer le sentiment d’appartenance des étudiants.

Une étude récente qui a observé 3 766 enfants dans 153 écoles a conclu que les salles de classe qui occupaient un terrain d’entente visuel, ni trop encombré ni trop austère, produisaient les meilleurs résultats scolaires. Une étude de 2022 est parvenue à des conclusions similaires.

La décoration de la salle de classe peut modifier les trajectoires académiques, suggère la recherche, mais la tâche ne doit pas stresser les enseignants. Les règles semblent être relativement simples : accrochez aux murs des travaux de soutien pertinents sur le plan académique et évitez les extrêmes, en respectant les contraintes générales suggérées par le bon sens et la modération.

Lire l’article original : https://doi.org/10.1111/cogs.13093

5. LE POUVOIR DE L’APPRENTISSAGE PAR LE JEU, POUR LES JEUNES ENFANTS

Les enfants ne sont pas des adultes miniatures, mais un parti pris pour les perspectives adultes de l’enfance, avec ses horaires et ses routines, a néanmoins progressivement exercé une emprise sur notre système éducatif, suggère l’auteur et éducatrice de la petite enfance Erika Christakis.

Comment pouvons-nous laisser les petits enfants être petits tout en répondant aux attentes académiques des écoles typiques ? Une nouvelle analyse de 39 études couvrant plusieurs décennies, trace une voie médiane pour les éducateurs, soulignant la façon dont le jeu doucement guidé par des adultes, souvent appelé “apprentissage basé sur le jeu”, peut satisfaire les deux objectifs.

Les enseignants de jeunes élèves peuvent avoir un «objectif d’apprentissage» en tête, mais un véritable apprentissage basé sur le jeu devrait intégrer l’émerveillement et l’exploration, être dirigé par l’enfant lorsque cela est possible et donner aux étudiants «la liberté et le choix de leurs actions et de leur comportement de jeu», affirment les chercheurs.

N’interrompez le flux d’apprentissage que lorsque cela est nécessaire : poussez doucement les élèves qui pourraient trouver les activités trop difficiles ou trop faciles, par exemple.

L’approche ludique a amélioré les compétences précoces en mathématiques et en changement de tâche, par rapport aux tactiques plus traditionnelles qui mettent l’accent sur l’acquisition explicite de compétences, ont conclu les chercheurs.

Pour avoir la bonne pédagogie, concentrez-vous sur les relations et posez des questions qui suscitent l’émerveillement. “Une conversation riche et ouverte est essentielle”, a déclaré Christakis à Edutopia dans une interview en 2019.

Les enfants ont besoin de temps “pour converser entre eux de manière ludique, pour raconter une histoire décousue à un adulte, pour écouter de la littérature de haute qualité et poser des questions significatives .”

Etude originale : Can guidance during play enhance children’s learning and development in educational contexts? A systematic review and meta‐analysis – Skene – 2022 – Child Development – Wiley Online Library

6.UNE MEILLEURE FAÇON D’APPRENDRE L’ABC

Amener les jeunes enfants à associer une lettre au son correspondant est une compétence de lecture de premier ordre.

Pour aider les élèves à comprendre que la lettre c fait le son plosif « k » dans “car”, les enseignants utilisent souvent des images comme échafaudages ou demandent aux enfants d’écrire la lettre à plusieurs reprises tout en faisant son son.

Une nouvelle étude suggère que les paires son-lettre sont apprises beaucoup plus efficacement lorsque les mouvements de tout le corps sont intégrés aux leçons.

Les enfants de cinq et 6 ans de l’étude ont passé huit semaines à pratiquer des mouvements pour chaque lettre de l’alphabet, rampant comme un serpent en sifflant le son sifflant “sss”, par exemple.

Les chercheurs ont découvert que le mouvement de tout le corps améliorait la capacité des élèves à se souvenir des paires lettre-son et doublait leur capacité à reconnaître les sons difficiles à apprendre, comme la différence entre les sons que “c” fait dans le “coq” et “celeri”, par rapport aux élèves. qui écrivaient et prononçaient simplement des paires de lettres et de sons à leur bureau.

L’approche peut faire une grande différence dans l’acquisition d’une compétence qui change la vie. Les éducateurs devraient “incorporer l’enseignement basé sur le mouvement” dans leurs programmes, en accordant une attention particulière au “mouvement de tout le corps”, concluent les chercheurs.

Etude originale : Effects of 8 Weeks with Embodied Learning on 5–6-Year-Old Danish Children’s Pre-reading Skills and Word Reading Skills: the PLAYMORE Project, DK | SpringerLink

7-POURQUOI LES APPRENANTS APPUYENT-ILS SUR LE BOUTON PAUSE

Certains des avantages des leçons enregistrées sur vidéo sont si évidents qu’ils se cachent à la vue de tous. Lors de l’enseignement des concepts fondamentaux aux étudiants, une leçon vidéo équipée d’un simple bouton de pause, par exemple, peut permettre aux étudiants de se réinitialiser cognitivement lorsqu’ils atteignent leurs limites attentionnelles, a conclu une étude de 2022.

Les boutons de pause, comme les boutons de rembobinage, sont également cruciaux pour les apprenants qui rencontrent des «matériels d’apprentissage complexes», ont «de faibles connaissances préalables» ou présentent de «faibles capacités de mémoire de travail».

De plus en plus, la valeur intrinsèque des leçons vidéo ciblées est confirmée par la recherche.

Dans un article sur Edutopia, des recherches suggéraient que l’apprentissage vidéo permettait un accès autonome et flexible aux cours 24h/24 et 7j/7 ; que les questions intégrées dans les vidéos amélioraient les performances scolaires, augmentaient la prise de notes et réduisaient le stress (voir ces études de 2015 et 2020) ; et que les versions vidéo des cours magistraux avaient tendance à « rendre le contenu plus cohérent » pour les étudiants. Pour moderniser leurs salles de classe, les enseignants peuvent enregistrer leurs leçons les plus importantes et les mettre à la disposition des élèves en tant qu’aides à l’étude afin qu’ils puissent faire une pause, rembobiner et réviser à leur guise.

Lire l’article original : https://doi.org/10.1016/j.compedu.2021.104355

8-UNE ÉTUDE AUTORITATIVE DE DEUX STRATÉGIES D’APPRENTISSAGE À FORT IMPACT

Les pratiques d’espacement et de récupération sont deux des moyens les plus efficaces pour favoriser la rétention à long terme, confirme une revue faisant autorité en 2022 couvrant des centaines d’études sur le sujet et les étudiants doivent savoir comment et pourquoi les stratégies sont efficaces.

Dans l’examen, les chercheurs expliquent que les étudiants qui préfèrent des techniques comme la lecture et la relecture de cours lors de séances intensives sont voués à l’échec. Au lieu de cela, les élèves devraient considérer l’apprentissage comme une sorte de « routine de conditionnement physique » au cours de laquelle ils s’exercent à rappeler le cours de mémoire et à espacer leurs séances d’apprentissage dans le temps.

Apprendre aux enfants à s’auto-interroger ou à résumer de mémoire, puis à réessayer, est la première étape cruciale pour détromper les élèves de leurs «fausses croyances sur l’apprentissage».

Dans une étude de 2015, par exemple, les élèves de troisième année qui ont étudié une leçon sur le soleil puis relu le même cours ont obtenu 53% à un test de suivi, l’équivalent d’un échec, tandis que leurs pairs qui l’ont étudié une fois et puis répondu à des questions pratiques en un éclair avec un score de 87 %. Et dans une étude de 2021, les collégiens qui ont résolu une douzaine de problèmes de mathématiques répartis sur trois semaines ont obtenu 21 points de pourcentage de plus lors d’un test de mathématiques de suivi que les élèves qui ont résolu les 12 problèmes le même jour.

Etude d’origine : The science of effective learning with spacing and retrieval practice | Nature Reviews Psychology