Les écoles, et non les enseignants, doivent réduire le stress et le burnout

stress enseignant

La santé et le bien-être des enseignants doit être une priorité dans la culture des écoles indépendantes, les chefs d’établissement peuvent contribuer à créer les conditions nécessaires à cette fin.

Il est indéniable que le stress d’une année scolaire perturbée affecte tous les éducateurs, et même dans des circonstances plus normales, les enseignants sont assaillis par des conditions stressantes et éprouvantes telles que des classes surchargées, les longues heures de travail, la charge de travail écrasante qu’ils ramènent souvent à la maison, et l’attente qu’ils répondent aux besoins émotionnels et physiques de tous leurs élèves.

Si le bien-être des enseignants est compromis par des problèmes inhérents au système scolaire, il est injuste et inefficace de leur donner des conseils vagues ou peu pratiques qui leur imposent la responsabilité de résoudre ces problèmes. Au lieu de dire « faites de la place pour rétablir votre équilibre » ou « trouvez le temps de faire plus d’exercice », les écoles doivent reconnaître les gestionnaires doivent prendre conscience de leur rôle dans le problème à résoudre et mettre en place les structures, les pratiques et le temps nécessaires pour prendre soin de soi, réfléchir et assurer le bien-être général des éducateurs, du personnel de l’école et des dirigeants eux-mêmes.

Voici six idées pour commencer :

Sonder les enseignants et les écouter 

Afin d’aider les enseignants et le personnel à gérer le stress cette année, les responsables du lycée d’Arcadia, situé à l’extérieur de Los Angeles, ont mis en place « des canaux de soutien non conventionnels mais extrêmement efficaces, non seulement pour les enseignants, mais aussi pour l’ensemble de notre personnel, qu’il soit certifié ou non », écrit la directrice adjointe Michèle Lew. 

Mais l’équipe de direction de l’école ne s’est pas contentée « d’imposer ce que nous imaginions être utile à l’équipe ». Au contraire, elle s’est entretenue avec les enseignants et le personnel par une enquête en ligne sur le bien-être, puis elle les a « écoutés lorsqu’ils ont fait part de leurs besoins ». En conséquence, l’école a mis en place une ligne d’assistance téléphonique où le personnel de l’école peut appeler pour des « mini-séances de thérapie de contrôle ». Ils ont organisé une série de leçons de 30 minutes sur des sujets identifiés par les enseignants dans l’enquête comme étant intéressants, tels que la pleine conscience, la psychologie positive et les stratégies d’autosoins. Au lieu de dire aux enseignants d’essayer le yoga, l’école a engagé un instructeur de yoga certifié pour offrir au personnel des cours de yoga virtuels chaque semaine, et pour diriger des exercices de pleine conscience et de respiration au début des réunions du personnel.

Accorder une pause (réelle) aux enseignants

Les enseignants de l’école primaire Fall-Hamilton, à Nashville, pratiquent un système qui permet aux enseignants de faire appel à un collègue du bâtiment par un message rapide afin qu’il vienne les remplacer dans la salle de classe pendant quelques minutes. C’est un moyen de sortir brièvement de l’environnement de la classe lorsqu’on se sent submergés, de reprendre son souffle et de se remettre sur les rails. Cela renforce également l’idée que les enseignants ne sont pas des super-héros ou des martyrs, qu’il est important et parfaitement acceptable de demander de l’aide et que les collègues de l’école se soutiennent mutuellement.

Arrêter de regarder l’horloge

Les enseignants « travaillent un nombre incroyable d’heures, tôt le matin, tard le soir et pendant le week-end », écrivent Rachael et John George, deux directeurs d’école de l’Oregon. Ils conseillent donc aux enseignants de faire preuve d’un peu de souplesse lorsqu’il s’agit de suivre les heures de travail et le temps passé dans l’établissement (ou en ligne). 

Si les enseignants « font leur travail et sont là pour les élèves, nous devrions en rester là », écrivent-ils. Tant que les fonctions essentielles du poste sont remplies, « la correction de copies peut se faire dans un café et la formation en ligne peut être faite à la maison en pyjama. Tout va bien », affirment-ils. « Cette flexibilité compte énormément pour les enseignants, et nous savons tous qu’ils travaillent bien plus que ce que prévoit leur contrat. »

Faire le point de manière régulière et informelle

Des réunions régulières et rapides le matin avec les enseignants, ne serait-ce que quelques minutes à la porte de la classe, indiquent aux enseignants que vous vous souciez suffisamment d’eux pour prendre le temps de voir comment ils se sentent et comment ils gèrent les exigences de leur classe et leur charge de travail. Mais il n’est pas toujours nécessaire de le planifier à l’avance, parfois, une simple visite informelle signifie beaucoup.

Prévoir du temps de planification pour les enseignants

Les responsabilités des enseignants augmentent en même temps que leurs heures de travail. Pour beaucoup d’entre eux, ces heures débordent sur leur temps personnel, grignotant les heures dont ils ont désespérément besoin pour s’évader et se détendre.

À l’école primaire Whitsitt, à Nashville, le directeur Justin Uppinghouse a mis au point un emploi du temps qui laisse aux enseignants des plages de temps régulières pour collaborer et se préparer, tandis que les élèves bénéficient d’activités. Cet emploi du temps intègre également le développement professionnel dans la journée de travail, « ce qui améliore en fin de compte la capacité d’enseignement de notre école, l’apprentissage des élèves, la culture et le climat ». « En fait, mon équipe et moi-même avons délibérément donné la priorité au temps de l’enseignant tout en nous concentrant sur l’amélioration du rendement des élèves et sur la création de partenariats communautaires. »

Donner l’exemple et soutenir le bien-être

Il est important que les chefs d’établissement donnent l’exemple en matière de bien-être et d’ autosoins. « Encouragez les enseignants à faire des pauses et à se fixer des limites, et faites-le vous-même ». Faites une petite promenade à l’extérieur pendant votre journée de travail. Essayez de ne pas répondre aux courriels après 18 heures et faites savoir aux enseignants que vous ne les harcèlerez pas avec des emails ou que vous n’attendez pas qu’ils répondent aux courriels pendant les week-ends.

Réservez quelques minutes de l’emploi du temps de l’école à la méditation ou au moment de calme chaque matin avant le début de la journée scolaire. Le fait d’intégrer intentionnellement ces quelques minutes dans l’emploi du temps, éventuellement en allégeant la charge de travail des enseignants dans d’autres domaines, permet de soulager les enseignants et de montrer que le bien-être est une priorité dans la culture de l’école. Et surtout, « réfléchissez aux membres de votre personnel qui pourraient être confrontés à des facteurs de stress importants, et faites-leur comprendre que vous accordez de l’importance à leur bien-être et que vous aimeriez les aider à élaborer une stratégie pour y faire face ».

Articles qui pourraient vous intérésser